Coronavirus, caractéristiques, enjeux et actions

 

Seneffe, le 16/03/2020,

Du fédéral à votre locale, Ecolo se mobilise pour lutter ensemble contre le Coronavirus (COVID-19).

Le gouvernement fédéral, en concertation avec les scientifiques et les entités fédérées, a décidé d’appliquer un ensemble de mesures contraignantes, inédites et de grande ampleur, dans la lutte contre le coronavirus.

Nous soutenons ces initiatives et souhaitons prendre quelques minutes pour vous les expliquer. Les chiffres, cités dans cet article, proviennent de sources scientifiques. Néanmoins, les scientifiques n’ont pas tous exactement les mêmes chiffres. En outre, la situation évolue heure après heure et les chiffres avec. Même si nous n’avons pas pris les chiffres les plus alarmistes, il convient de les considérer avec recul.

 

Caractéristiques

 

Il est d’abord nécessaire de mieux comprendre les propriétés du coronavirus pour en comprendre la menace :

  • Le virus, qui atteint les voies respiratoires (oui, comme souvent la grippe), se transmet par aérosol (gouttelettes de salive en suspension) et par contact : raison pour laquelle se laver les mains régulièrement, et tousser/éternuer dans sa manche sont importants.
  • La transmission peut même arriver lorsque la personne infectée est asymptomatique : une personne qui a été infectée, peut donc déjà infecter d’autres personnes avant même d’en ressentir les premiers symptômes ! La période d’incubation étant de 6 à 14 jours, cela laisse beaucoup de temps pour infecter son entourage.
  • Tout le monde ne développe pas les mêmes symptômes : certains n’en développent pas, d’autres sont simplement enrhumés, ont mal à la tête, d’autres présentent un état grippal : fièvre, toux ; et enfin certains auront une pneumonie avec parfois défaillance des organes.
  • C’est pour cela que sur 100 personnes testées avec un résultat positif, 14 auront besoin d’une hospitalisation et 5 d’un passage aux soins intensifs. Ces chiffres sont sans commune mesure avec la grippe saisonnière.
  • Les personnes restent aux soins intensifs pour une durée plus longue que pour la grippe.
  • Le taux de mortalité, s’il est difficile à évaluer vu le manque de recul, est compris entre minimum 0,9% (pour des régions comme Taiwan ou la Chine continentale hors Wubei, qui adoptent des stratégies avancées d’endiguement) et 6,8% (Italie) (0,1% dans le cas de la grippe).
  • Toutes les catégories d’âge ne sont pas égales face au virus : les bébés et jeunes enfants ne courent pas de risques, les adolescents et jeunes adultes y sont vulnérables (plus que la grippe, mais les taux de mortalité ne sont pas alarmants), enfin, les personnes de plus de 50 ans sont à risque, et les personnes de plus de 70 ans particulièrement à risque. Les catégories plus jeunes, même moins exposées à des risques mortels, doivent donc appliquer les mesures préconisées, dès lors qu’elles participent, même inconsciemment, à la transmission du virus à leurs aînés.
  • Le taux de contagion du virus (3,28) est nettement plus élevé que celui de la grippe saisonnière (1,3). Ce chiffre indique en moyenne combien de personnes saines vont être infectées par un porteur du virus. Ceci explique qu’un confinement et une distanciation sociale sont nécessaires pour limiter la propagation.
  • Personne n’a d’anticorps, personne n’est vacciné, il n’y a pas d’immunité dans la population.

 

Enjeux

 

Ces quelques données, conjuguées aux témoignages venant de Chine et d’Italie, nous enseignent les éléments suivants :

  • Le taux de contagion, la variabilité des symptômes, la transmission asymptomatique et le manque d’immunité globale en font un virus qui se répand facilement et discrètement au sein de la population. Un virus extrêmement puissant comme le SRAS ou Ebola attaque l’organisme rapidement, et ne laisse pas l’hôte entrer en contact avec de nombreuses personnes avant de tomber malade, c’est ce qui a permis à ces virus de ne pas créer la situation de pandémie globale que nous vivons actuellement. Autrement dit, si on est très vite abattu par la maladie, on est repérable et on risque de mourir, et donc on risque moins de contaminer d’autres gens.
  • Le taux d’hospitalisation, et particulièrement d’admission aux soins intensifs est inquiétant. Il a mené, en Chine et en Italie, à la saturation complète des hôpitaux des régions les plus touchées. Notre système hospitalier est bien développé, mais il pourrait être saturé si le nombre de cas problématiques augmentait trop rapidement.
  • Des urgences et des soins intensifs saturés, ça a aussi un impact sur toutes les personnes qui n’ont pas contracté le coronavirus ou qui ne sont pas très malades : crise cardiaque, AVC, chutes, accidents de la route, ces événements de la vie qui ne posent habituellement pas de problème dans leur prise en charge pourraient aujourd’hui s’avérer problématiques.
  • Enfin, le taux de mortalité chez les personnes de plus de 80 ans est très élevé : 15%. Pour illustrer ce que représente 15%, cela fait environ une chance sur six (16,66%), comme un dé à six faces. Si une personne de 80 ans est atteinte de la maladie, elle lance un dé à six faces. Si elle tombe sur un 1, elle meurt. Autre analogie, une personne de 80 ans a moins de chances de mourir en jouant à la roulette russe (1 sur 8, 12,5%) qu’en attrapant le coronavirus. Protéger nos aînés, en les isolant, est donc aujourd’hui absolument indispensable.

Le tableau scientifique est donc fort sombre, raison pour laquelle nos différents gouvernements, et votre commune, ont pris des mesures sans précédent de distanciation sociale.

L’idée fondamentale de la distanciation, est que chaque famille forme un “silo” qui entre en contact avec un minimum de personnes possibles. Si avant vous croisiez une centaine de personnes sur la journée, au travail ou à l’école, dans les transports en commun, au restaurant, dans votre club sportif, au cinéma, aujourd’hui, avec ces mesures, vous ne devriez plus en croiser qu’une dizaine, moins si possible. Ceci contribue à réduire drastiquement le risque d’infection et de transmission.

L’objectif principal, aujourd’hui, pour nous tous, est de réduire le pic d’infection, d’étaler la contagion (elle est inévitable) afin que les hôpitaux ne soient pas saturés, que chaque patient qui en a besoin (et il y en aura beaucoup) puisse être soigné avec tout le temps, le matériel et la disponibilité du corps médical nécessaires.

 

Actions

 

Nous ne pouvons pas vous dire vers quoi nous allons, ni quand cette crise sera passée (le plus rapidement possible si vous voulez notre avis). Nous souhaitons par contre vivement vous enjoindre à respecter le plus méticuleusement possible les recommandations données par les autorités. Ne pas réussir à ralentir la propagation dans les jours qui viennent va malheureusement mener à des mesures encore plus drastiques, vues en Chine, Italie, Norvège : fermeture des crèches, écoles, universités, mise à l’arrêt de toutes les entreprises et emplois non-essentiels (tous sauf eau, gaz, électricité, alimentaire, médical, police, pompiers, défense) et interdiction de sortir de chez soi sans raison valable. Nous voulons éviter cette situation, respectons donc les consignes :

  • Se laver les mains à l’eau et au savon, régulièrement, ou avec une solution hydro-alcoolique si cela n’est pas possible.
  • Ne pas se serrer la main ou faire la bise, éviter tout contact physique.
  • Gardez vos distances (1 mètre, 2 si possible).
  • Restez à la maison si votre sortie n’est pas indispensable.
  • Si vous toussez ou éternuez, faites-le dans le creux de votre coude, restez à la maison.
  • Lavez régulièrement au savon vos surfaces de travail, téléphones, poignées de porte.
  • Ne confiez pas vos enfants à vos parents, surtout s’ils ont un historique de problèmes pulmonaires.
  • Si votre emploi vous le permet, travaillez autant que possible depuis la maison, dans le cas contraire, organisez-vous avec vos collègues pour assurer une permanence étalée où vous vous croiserez le moins possible.
  • Si vous avez de la fièvre, éviter tout produit à base d’ibuprofène (Nurofen, Spidifen, Ibuprofen EG, Teva, et tous les autres génériques). Privilégiez le paracétamol (Dafalgan, Paracetamol EG, Teva etc.).

Le coronavirus nous oblige à nous réinventer. Nous pouvons voir cela comme une aubaine sous certains aspects : rester chez soi avec ses proches, éviter les déplacements inutiles, faire preuve de solidarité, consommer local. Privilégions les petits commerçants plutôt que de se rassembler par milliers dans les supermarchés. A Seneffe, la proximité de nombreux producteurs et petits commerçants le permettent mieux qu’ailleurs. Commandez à emporter dans un des restaurants de la commune, ainsi, vous pourrez déguster vos plats préférés avec vos proches tout en soutenant commerces et producteurs locaux en ces temps difficiles. A ce sujet, votre commune vous proposera très rapidement les restaurants de l’entité proposant ce service.

Votre locale est à votre écoute toute l’année, mais aussi particulièrement en ces temps exceptionnels. Si vous souhaitez discuter du sujet, voulez des conseils, avez envie d’être écoutés ou rassurés, avez besoin d’aide n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse info@seneffe.ecolo.be, nous sommes là pour vous !

Références et liens utiles
https://ecolo.be/faisons-de-la-belgique-un-exemple-de-solidarite-face-au-coronavirus/

A Seneffe
https://www.seneffe.be/theme_commune/securite-urgences/prevention/coronavirus/communique-de-la-bourgmestre-et-du-college-communal-du-13-mars-2020

Les mesures prises au niveau fédéral
https://www.seneffe.be/theme_commune/securite-urgences/prevention/coronavirus/mb-covid19-maatregelen.pdf

Le site de référence en Belgique
https://www.info-coronavirus.be/fr/

Autres sites et sources
https://www.medicalnewstoday.com/articles/coronavirus-81-of-cases-are-mild-study-says
https://www.medicalnewstoday.com/articles/coronavirus-may-spread-faster-than-who-estimate

Si vous avez le coeur bien accroché (pas d’image choquantes)
https://medium.com/@tomaspueyo/coronavirus-agissez-aujourdhui-2bd1dc7838f6

Share This